Dialogue autour de la lecture

Posté le 15 avril 2012 dans Citations

Dialogue autour de la lecture

Texte de Louis, Jean, Marcel HOGNON

‒ La lecture, je crois, porte l’individu, mâle ou femelle, vers une élévation spirituelle ou intellectuelle susceptible d’engendrer un sentiment propice à une profonde réflexion. Réflexion, elle-même capable de transcender le statut ‘’animal initial’’ de l’être humain, pour le guider vers un concept philosophique plus ambitieux pour l’espèce humaine ? ‒ Son interlocuteur émet un bruit de gorge.  ‒  Hein… ?
‒ Non, rien, je disais simplement, que tu t’éloignais peut-être  un peu de l’idée première, qui reste, l’achat…Le choix d’un livre. Quel livre acheter !
‒ L’achat !…bien sur, mais le simple fait de prendre un livre entre les mains atteste de la volonté de l’individu, à s’affranchir du statut de consommateur en lui subsistant celui de Lecteur.
‒ Je comprends, mais l’achat, l’achat du livre…
‒ Il démontre ainsi d’une certaine volonté à s’émanciper de cette notion d’échange qui réduit la parole et l’intelligence collective à un vecteur de communication orienté exclusivement et inéluctablement vers un acte de consommation.
‒ Ah, oui, voila, parlons de l’achat du livre.
‒ Et bien par le livre, le lecteur atteste d’une réelle volonté d’abstraction du langage primitif cri/animal/dominant/dominé. Cet acte hautement symbolique le conduit vers une quête métaphysique plus personnelle, plus individualiste, certes, presque égoïste, mais paradoxalement plus large, et gratifiante pour lui-même et le genre humain !
‒ Bien sur, nous sommes d’accord, mais moi, je voudrais y voir quelque chose de plus…
‒ Plus en phase avec la pensée contemporaine ?
‒ Oui voila. Mais aussi, plus proche de la préoccupation première du lecteur d’aujourd’hui.
‒ Je comprends ! C’est vrai que nous sommes dans l’ère du MMS, SMS et autres minimas ! Il faudrait peut-être une approche de la lecture plus concise ?
‒ Voila, concise, d’actualité, et qui résumerais assez l’époque dans laquelle nous vivons. Genre : Yes we can, tu vois !
‒ Ah oui. Alors : LIRE, HUM, Y’A BON !